Tag : la-planete-sauvage

the-cell-2

Quand Jennifer Lopez regarde la planète sauvage en boucle : The Cell

Le titre de cet article vous parait baroque et improbable, voire racoleur ? Pourtant, il est littéral. On parle bien de Jennifer Lopez, pop star US et icone bimboide 90s. Celle la même dont on devine la responsabilité dans la génération des Jennifers made in France, plus ou moins  en train de rater passer le bac à l’heure ou j’écrit ces lignes. C’est justement que l’actrice est au fait de sa gloire au moment de l’année 2K. L’année même ou sort le film the Cell, dans lequel elle incarne la protagoniste…

J’ignore donc si Jennifer Lopez est fan de La planète sauvage dans la vraie vie, mais son personnage, une psychologue spécialisée dans les traumas infantiles, l’est dans ce Thriller. Contre toute attente (en tout cas, à l’époque, la mienne), le film se revele être un vrai-faux thriller hollywoddien a l’esthétique, sinon aux thèmes, tout à la fois malsains et fascinants. The cell commence donc comme un blockbuster des plus prosaiques : un tueur en série assassine des femmes dans des « cellules » cachées dans le pays. Alors que l’une d’elles est emprisonnée, le tueur est capturé, mais plongé dans le coma et sa victime risque de mourir étouffée (noyée si je me souviens bien). Grace à une nouvelle technique, le FBI décide alors d’envoyer une psy, Jennifer Lopez donc, dans l’inconscient du tueur en série, afin de trouver rapidement l’emplacement de la cellule…

Voici a quoi ressemble l’entrée dans l’inconscient, qui donne déja une bonne idée de l’intérêt du film

Evidemment, c’est cette partie la, de plus en plus importante dans le film, qui est la plus intéressante. Suite à cet échec, l’approche est modifiée, et la psy essaie de rencontrer l’enfant qui survit dans du tueur, avec lequel on peut encore communiquer. Un monde ou son enfant-dieu s’ignore et que Jennifer maternelle et compatissante (du moins en apparence) va essayer de comprendre et d’amadouer.

Et c’est entre deux plongées dans l’inconscient que Jennifer Lopez regarde La planète sauvage, dans des périodes de veille rattrapées par l’onirisme (ci dessous). On se doute que le scénariste et/ou le réalisateur n’ont pas glissé cette référence par hasard. C’est à la fois un hommage à une oeuvre culte et une citation de leurs inspirations, qui imprégné l’atmosphère du film.

Le réalisateur, Tarsem Singh, nourri à la publicité, a pourtant créé quelque chose qui dépasse la simple performance visuelle et qui ne laisse pas indifférent. Certains partis pris esthétiques semblent d’ailleurs avoir été repris comme « formule » au cours des années 2000-2010 dans toute une série de film avec moins d’ambition et de créativité, mais plus de chance commerciale, tel que Silent hill.

The Cell est au final un film de série B qui dépasse le stade du produit de consommation rapidement jeté. C’est probablement plus une malédiction qu’une chance pour son réalisateur méticuleux, au vu du destin similaire de The fall, son autre film, dans une veine voisine.

Categories: Divers, Lalouzone

TIVA1

Tiva, le « toyz »

Voici quelques chose d’improbable mais de réel : un « toy » de la planète sauvage, réalisée par une société américaine (encore). En l’occurrence, de Tiva.

http://store.unboxindustries.info/product/la-planete-sauvage-tiva-soft-vinyl-figure-pre-order

J’ai pu en manipuler une : le jouet est d’une excellente facture, de grande taille et présentée dans une très classieuse boite. Pour 65 USD, elle trônera sur la bibliothèque de tout fan du film avec fierté….enfin, d’une poignée d’entre eux, car le tirage initial était de 200 unités.

Vous avez déjà vu la modélisation d’une Gandaharienne et les transformés de Gandahar, mais nous avons beaucoup plus de brouillons 3D dans nos cartons, notamment des créatures de la planète sauvage qui pourraient prendre vie.

Tout cela relance mon envie de proposer en forme d’hommage une ou plusieurs sculptures, soit en 3D (qui a l’avantage de permettre des coûts de bases nuls et une production rapide, mais avec une finition moindre, notamment sans peinture ni articulation et une taille plus réduite) soit de la même manière que cet exemplaire de Tiva (mais dans ce cas concentré sur une seule figurine). Le crowdfunding pourrait transformer cela en réalité.

Si vous voulez les voir, ou si la perspective vous intéresse, vos commentaires sont bienvenus…

 

 

 

 

Categories: Lalousphère, Lalouzone

fantastic planet2_2048

Omes sauvages sur leur 31

Encore un exemple du caractère séminal de l’oeuvre de Laloux, dans un domaine (encore) inattendu : la mode. Et comme c’est presque toujours le cas (jusqu’ici), il  vient des états-unis. Il s’agit rien de moins que d’un exercice de style en haute couture inspirée de la planète sauvage (Fantastic planet en anglais).

On reconnait très clairement le style a la fois 70′s, baroque et « primitif » des Omes domestiques agrémenté ici d’une touche de lolipop.

Un travail brillant et d’une grand qualité, comme on peut le voir, autant dans la photographie que dans la réalisation.

Je n’en sais pas plus pour l’instant, hormis les information figurants sur les photos et le site web associé….tout cela m’inspirant des visions de version en « film live » des plus réjouissantes.

Encore un hommage venu des USA, ou la Planète sauvage, 40 ans après, continue d’inspirer les dernières générations.

 

 

Categories: Lalouzone

9782359103441_1_75_1

Tout stefan Wul en BD: du bon et du moins bon

Il y a peu, l’éditeur Ankama a eu la bonne idée de mettre enfin en image (en BD) l’ensemble des récits de Stefan Wul, météore de la Science Fiction française dans les années 50 (avec un retour dans les années 70)et bien sûr inspirateur de deux des trois films de René Laloux.

J’avoue avoir hésité longtemps avant d’écrire cet article. Par principe, je préfère voir le verre a moitié plein. Soyons donc constructifs : les travers dans lequel est tombée cette série (pour ce que j’en ai vu), ne sont pas propres à l’éditeur et aux artistes, et par ailleurs, on y trouve aussi d’excellentes choses…

Oms en série: une bien sage violence

L’album (je n’ai lu que le premier) consacré à Oms en série  laisse une impression mitigée, avec du bon, mais un manque de souffle diffus. La comparaison était de toute façon difficile avec la planète sauvage et le graphisme semble d’ailleurs vouloir prendre le parti pris de se différencier avec une sorte de ligne claire assez réussie, comme le montre la très belle couverture. Pour le reste, on ne sait si cela tient au découpage sage très franco-belge, mais on est loin de respirer l’exotisme extra-terrestre du roman, rendu à sa façon sinon magnifié par le dessin animé.  Même la violence du propos est affadie, traduite façon « bouillie de sang » alors que la violence réelle est dans le statut de l’être humain sur cette planète, et son aliénation. L’ombre de l’esthétisation de la violence propre aux jeux vidéo plane sur l’oeuvre, avec toute la banalité que cette pornographie omniprésente charrie.

Encore une fois, plus d’audace dans le découpage, plus de plans larges pour montrer la beauté de la planète, plus de créatures aussi monstrueuses qu’inoffensives (et vice versa), plus de points de vue subjectifs auraient pu nous faire plonger dans la masse des Oms sauvage. Leo aurait sur ce plan peut-être fait la meilleure adaptation possible aujourd’hui, en injectant comme il le fait son Brésil natal avec un luxe de beautés vénéneuses et sensuelles. Bref, Oms en série semble à l’image d’une certaine culture pop contemporaine: sage malgré sa violence affichée avec un manque d’audace, sauvée néanmoins par une belle ligne claire.

Mais quand même. Rien que la couverture fait rêver, et certains dessins laissent imaginer une version animé (sans e, style nippon) dopée au drama, qui aurait aussi pu être une voie d’adaptation…

Pièges sur Zarkass: crac dedans

Avec cette adaptation, les défauts de Oms en série se trouvent démultipliés en donnant l’impression que les auteurs (et/ou leurs responsables éditoriaux ?) n’ont pas su quoi faire de ce roman des années 50. Pour ceux qui ne le connaissent pas, le roman met en scène deux agents terriens sur une planète exotique, sorte de protectorat, aux prises avec une race extraterrestre expansionniste qui vient jouer sur leurs plates bandes…un roman d’aventures échevelées, hautes en couleur, avec de l’action un brin picaresque, des rebondissements et de l’émerveillement, jusqu’au dénouement.

Or avec cette adaptation, bien loin de nous dépayser, on patauge dans « l’actualité » au sens du brouhaha médiatique en particulier de la « théorie du genre ». Les auteurs se sont crus eux aussi obligés de transformer les héros du roman en femmes travesties/ transgenres, portant poitrine fournie ET barbe. Ce que cela apporte au récit: du grotesque hors sol, qui anéanti toute forme d’identification, tout ancrage dans un récit archétypique auquel on pourrait se raccrocher (ajoutons que les femmes en question sont, comme c’est souvent le cas dans la BD, des stéréotypes fantasmés dessinés par des hommes).

Oui, l’oeuvre de Stefan Wul est écrite dans les années 50, et cela se ressent: on y trouve la perception du français moyen de l’époque, version éclairée. Ses œuvres, et particulièrement celle-ci sont des histoires d’aventures coloniales à peine travesties de SF.

De même que les auteurs de la BD n’ont pas su quoi faire de l’archétype des baroudeurs de la jungle, on les sent embarrassés avec ce type de récit.Peut être  est-ce la raison d’une certaine platitude et du refuge dans l’humour caca-boudin qui consternera tous ceux qui connaissent le gout de Wul pour les alexandrins et l’émerveillement un peu enfantin qu’il cherchait à produire chez le lecteur.

Il n’est pas dans mon propos de vanter un quelconque « mérite » de la colonisation, mais de prendre de la distance avec les valeurs, les nôtres et celles de l’époque, et d’être capable d’en extraire ce qui nous parle encore aujourd’hui. Mais ceci est une autre histoire (bientôt….)

 

Les pièges du futur: retour à Laloux

Au final, embarras général avec une oeuvre incomprise, chute ou complaisance dans un certain présentisme superficiel , oubli du « sens of wonder », banalité de la mise en scène. Pièges sur Zarkass est un coup dur, alors que Oms en série tient encore bien la route . En attendant de lire le reste de la série,  je suis d’autant plus déçu que l’intention était louable, et que WUL,ce peintre des ambiances aliens, est pour moi, comme beaucoup, l’ un des plus grands écrivains de SF français, malgré (ou grâce à) son absence de prétention, et qui ,quoiqu’on en dise tient mieux que jamais la route.

Qu’à cela ne tienne, j’avais annoncé que je serais constructif. Et je tiendrai parole….dans un prochain article. Rappelons en effet que, avant de devenir le long métrage que l’on connait, Les maîtres du temps faisaient partie, dans le projet initial de Laloux, d’une série pour la télé reprenant l’ensemble des romans de Wul, interprétés chacun par un des grands dessinateurs de l’époque.

Cela doit en faire rêver plus d’un…le titre lui-même (« les pièges du futur ») a un merveilleux parfum de cet âge d’or du Dessin animé de SF, quelque part entre les Maitres du temps, Bandar book, Ulysse 31, il était une fois l’espace  et autres Capitaine flam. Je ne ferai donc rien de moins qu’ébaucher ce que pourrait être une adaptation de Wul en dessin animé, aujourd’hui…

 

Crédit images: couvertures des albums concernés. Tous droits réservés Ankama.

 

Categories: Lalousphère

maxresdefault

Une version scénique…. de la Planète sauvage

 

L’ancienne mouture d’Ygam, malgré tous ses défauts, avait ceci de particulier qu’elle était écrite partiellement en (broken) anglais et en espagnol. De ce fait (?) je recevais régulierement des messages d’un peu partout, et notamment des amériques. L’un d’eux m’avait particulièrement intrigué par son caractère tres spécifique: deux jeunes américaines souhaitaient en savoir plus sur la scène de combat entre deux Oms sauvages, en l’occurence des femmes attachées par les cheveux. J’ai le vague souvenir qu’il était question d’une chorégraphie… C’était il y a environ quinze ans et ces adolescentes doivent donc avoir la trentaine.

Qui sait, ce sont donc peut etre elles qui participent à la version live de la Planète Sauvage réalisée au Festival Transmodern de Baltimore, dont on trouve une présentation sur l’annonce google + de 2010   « The 7th Annual Transmodern Festival (Live.Art.Action) will be held at the Baltimore Museum of Art, the H&H Building galleries and Baltimore waterfront from April 15th to Sunday, April 18th. Following last year’s record attendance and crowds, the festival expands programming to the Baltimore Museum of Art, continues programming on all four floors of the H&H Building and moves outdoor site-specific work to selected areas of Baltimore waterfront. The festival’s visionary approach to presenting new multi-disciplinary work continues to attract regional art lovers, local cultural mavens, occasional passers-by, critical acclaim, and on-going academic interest. »

Au sein du festival, la pièce, mélant jeu d’acteur, projection et ambience sonore est annoncée dans le communiqué suivant:

« On Friday, April 16th Nudashank Gallery, Gallery Four, The 5th Dimension, and the Whole Gallery will open for three floors of sensory delight, interactive art, roaming performances, and other major installations. A sample of featured local artists include: April LewisSarah JableckiJen Kirby, and the Annex Theater presenting a full immersion theatrical production with a live band based on the 1973 film “Fantastic Planet.” National artists include: Harrison Haynes (NC), Dan GluibizziBenjamin Phalen (NYC), Laura Brothers,Suzy Poling (Pod Blotz) (Chicago), Robert Lowe (Chicago), Stephanie Rothenberg (NYC), Ben Russell (Chicago), and Zaïmph. aka Marcia Bassett of the critically-acclaimed NYC underground band Double Leopards. »

On peut en voir des extraits sur youtube, notamment ici :

Comme on le constate, tout est « live » y compris la musique apparement. L’ensemble évoque un peu ce qu’aurait pu être un croisement entre Téléchat et la Planète Sauvage, dans la veine du Marquis de Sade de Topor….en plus pop.

 

Références:

Un article sur cette adaptation de Moritz, le metteur en scène, ici: http://www2.citypaper.com/news/story.asp?id=20088

Le site : http://transmodernfestival.com/

 

http://thereweretentigers.blogspot.com/2010/06/fantastic-planet-shows-again.html

Categories: Lalousphère

fantastic planet tbrown

Tiva, « icone de la pop culture » en gif anime

 

 

 

 

fantastic planet tbrown

 

Tabitha Bianca Brown est une illustratrice basée à Chicago, qui puise sont inspiration dans le minimalisme, les années 70 et la pop culture. Dans sa serie des Gif Anime des icones de la pop culture, aux cotés de Maléfica, on trouve aussi… Tiva, en pleine session d’info ».

Lien directhttp://thepairabirds.com/Animated-Gifs

 

 

Categories: Lalouzone

the_girl_with_the_fantastic_planet_tattoo_by_princefrankenstien-d501fz7 recac

La planète sauvage…en tatoos

La planète sauvage a inspiré bien des créateurs, avec des « produits dérivés » peu courants pour l’animation et le cinéma. On trouve par exemple un certain nombre de tatouages de la Planète sauvage.

En voici déjà quelques uns, pour hommes et femmes, en attendant d’interroger leurs créateurs (la plupart américains).

wB7ul Planete_Sauvage_by_DropdeadHedda the_girl_with_the_fantastic_planet_tattoo_by_princefrankenstien-d501fz73845

 

Ces quatre (au moins) dernières mutations de Draags étant de Justin Lewis, Tatoueur Californien émérite de son état http://dermagraphink.com/sample-page/

Categories: Lalouzone